MINISTÈRE DE L'HYDRAULIQUE

hydraulique urbaine

L'hydraulique urbaine traite essentiellement du problème de conception des réseaux de distribution d'eau potable. 

 En Côte d’Ivoire la distribution d’eau potable dans les ménages en milieu Urbain est assurée par la SODECI (Société de Distribution d’eau de Côte D’Ivoire) à travers un contrat d’affermage que l’État a signé avec  ladite structure.

L’hydraulique urbaine se fait à partir d’un système d’adduction d’eau potable comportant :

-       Un dispositif de prélèvement des eaux brutes ;

-       une station de traitement ;

-       Des conduites d’adduction (dispositif d’adduction d’eau brute et d’eau traitée);

-       un dispositif de stockage ;

-       un réseau de distribution.

 

1.      Le prélèvement des eaux brutes

Le prélèvement des eaux brutes s’effectue au moyen d’un ouvrage de captage. Cet ouvrage diffère selon que les eaux brutes soient des eaux de surface ou des eaux souterraines.

§    Les eaux de surface

Les eaux de surface peuvent être prélevées en utilisant divers systèmes :

-       La prise d’eau flottante;

-       La tour de prise ;

-       La prise d’eau traditionnelle (radeau).

§     Les eaux souterraines

Les eaux souterraines sont prélevées au moyen de pompes immergées dans des forages. Les nappes d’eaux souterraines sont localisées dans des aquifères.

2.   Les conduites d’adduction

L’adduction désigne le transport de l’eau. Ce transport s’effectue d’une part depuis la zone de captage jusqu’à l’installation de traitement (eau brute), et d’autre part de la zone de traitement au réseau de distribution via le réservoir de stockage (eau traitée). Elle concerne les conduites primaires ou feeder. Les conduites sont caractérisées par :

-       Leur matériaux constitutif (Fonte ; acier ; amiante-ciment, qui n’est plus utilisé ; polychlorure de vinyle (PVC) ; polyéthylène haute densité (PEHD));

-       Leur diamètre nominal et l’épaisseur des parois. Les diamètres sont normalisés.

-       Leur pression nominale (en bar) est donnée par le constructeur.

L’on distingue deux (2) modes d’adduction : l’adduction gravitaire et l’adduction par refoulement.

§     L’ adduction gravitaire

L’adduction gravitaire est le mode d’adduction qui permet, à partir d’un stockage d’eau naturel ou artificiel situé à la côte Z, d’alimenter par une conduite en charge tous les points à desservir situés à des côtes z < Z, sans apport d’énergie.

§     L’ adduction par refoulement

Il est possible que le captage ou le stockage soit à une altitude insuffisante pour respecter les conditions de pression requises. Il faut alors fournir à l’eau l’énergie nécessaire pour rendre possible la distribution. On parle alors d’adduction par refoulement.

3.   Une station de traitement 

 

Le traitement de l’eau est fonction des analyses physico-chimiques. Les traitements usuels sont de trois (3) types:

-       T1 : Le traitement de type T1 consiste en une désinfection à l’hypochlorite de calcium.

-       T2 : Le traitement de type T2 ou traitement intermédiaire consiste à injecter de l’eau de chaux saturée dans l’eau brute afin d’en relever le pH pour atteindre le pH d’équilibre. On injecte ensuite de l’hypochlorite de calcium pour désinfecter l’eau.

-       T3 : Le traitement de type T3 ou traitement complet consiste à injecter du sulfate d’alumine à l’eau après le traitement T2.

Les eaux brutes souterraines présentent des caractéristiques physico-chimiques nécessitant généralement un traitement de type T1 ou T2, alors que les eaux brutes de surface exigent un traitement de type T3.

4.   Un dispositif de stockage 

Les réservoirs jouent le rôle de tampon entre la production et la distribution de l’eau potable. Ils permettent ainsi d’assurer :

-       La mise sous pression des réseaux ;

-       Une réserve pour satisfaire les demandes de pointes ;

-       Une réserve d’incendie.

Ils se distinguent en fonction de :

-       Leur position par rapport au sol (réservoirs enterrés, semi-enterrés, au sol, sur tour) ;

-       Leurs matériaux constitutifs (réservoirs en béton armé, métallique, en polyester) ;

-       Leur mode de construction, sur site ou en usine (réservoirs préfabriqués) ;

-       Leur forme (parallélépipédique, cylindrique, conique, sphérique) ;

-       Leur fonction (stockage, reprise pour hauteur de refoulement importante, brise charge pour distribution étagée).

L’équipement des réservoirs comprend généralement :

-       Un dispositif d’alimentation et de départ ;

-       Un trop-plein et vidange ;

-       Un évent protégé;

-       Des trappes d’accès et échelles ;

-       Des jauges et détecteurs de niveau ;

-       Des dispositifs anti-intrusion et contrôle d’accès ;

-       Des robinets de prise d’échantillon en amont et en aval du réservoir.

 

5.   Un réseau de distribution

L’eau est distribuée aux consommateurs à travers un réseau de conduites secondaires et tertiaires. Ces conduites respectent les mêmes paramètres que les conduites d’adduction.

                Conclusion

 Dans le souci de garantir l’accès de toutes les populations à l’eau potable, l’État de Côte d’Ivoire a investi plus de 600 milliards de FCFA de 2011 à 2020. Aujourd’hui 1095 localités sont connectées au réseau public d’eau potable.

 Malgré tous ces efforts, le taux d’accès à l’eau potable en milieu urbain certes satisfaisant mais n’a pas encore atteint les 100% à ce jour. Le taux d’accès actuel en milieu urbain est de 83%.

L’État à travers le programme « Eau Pour Tous » continue de réaliser d’énorme projet d’infrastructures hydrauliques pour satisfaire les besoins en eau toujours croissant des populations avec une démographie en constante progression.